cedar.





L'Internet, c'est l'intelligence distribuée et la conscience partagée.
Derrick De Kerckhove.

On considère que le nombre d'utilisateurs d'Internet, estimé à 142 millions en 1998, devrait atteindre d'ici à 2003 les 500 millions... La grande bataille à venir verra s'affronter les entreprises américaines, européennes et japonaises pour contrôler les réseaux, et pour dominer le marché des images, des données, du son, des consoles de jeu, bref, des contenus.


La révolution numérique «change le monde», elle «change même la logique de la représentation». Le ton est donné.
Nous ne pouvons que constater qu'aujourd'hui la production multimedia, hypermedia et internet a totalement investi les domaines économiques, industriels et médiatiques. Les domaines de la création ne peuvent laisser de côté ces mutations profondes qui agitent notre monde contemporain. Les ordinateurs et les réseaux sont devenus des agents incontournables de nouvelles modalités de création. Il est difficile de rester indifférent dans ce contexte en plein développement, à la transformation des pratiques de l'art dans ses espaces de production, de transmission et de monstration, qui aujourd' hui se retrouvent la plupart du temps unifiés en temps réel. L'atelier, à l'image du homestudio, devient de plus en plus délocalisé, voire dématérialisé. La pratique artistique rompt avec l'autonomie de l'oeuvre et s'immerge dans des domaines périphériques (l'informatique, la communication, le social, etc.) qui modifient profondément son identification.
Il ne s'agit pas d'une rupture mais bien d'une continuité, qui se trouve, dans cette période technologique, accélérée et renouvelée. S'il s'agit de plus en plus d'activités revendiquées, elles ne sont pas toujours aussi explicites et restent parfois dissimulées voire en l'état de légère effraction dans le territoire référent où elles s'immergent. Leur objet et leur objectif apparaissent comme éloignés des catégories répertoriées de l'art et pourtant leurs modalités processuelles en sont indubitablement issues. Ces activités reconnaissent toutes la révolution télématique.
Après l'ouverture de l'atelier en réseau, www.491.org , médiaspace pédagogique inter-écoles depuis 1996, CEDAR voudrait faire appel à des stratégies critiques d'expérimentation, de découverte autour de ces dépassements de la représentation et de ces nouvelles modalités de création, en créant une Coordination des Ecoles D'Art en Réseau CEDAR regroupant des professeurs issus de ces structures pédagogiques. Ce Laboratoire en tant que plate-forme commune de recherche et d'échange entre professeurs, permettra de mettre en place une véritable coordination pédagogique autour de l'atelier en réseau et un véritable outil de veille pédagogique, artistique et technologique.

CEDAR propose donc des sessions de rencontres sous forme de tables rondes et de séances de discussion accompagnées d'interventions-conférences de personnalités extérieures. Ces séminaires sont suivis par une liste de diffusion permanente afin de mettre en place ce laboratoire coopératif. Les missions de CEDAR tenteront d'aborder les questions concernant les nouveaux statuts et les nouvelles modalités de création désormais émergents et liés aux nouvelles technologies. CEDAR ouvre un véritable "workspace" et s'active à construire un collecticiel des Ecoles d'Art.
Aujourd'hui, la prochaine évolution de l'Internet commence.



21 juin 2000. Mise à jour: 08 septembre 2000. Révision: 03 septembre 2001.